Université et collèges

Fondée en 1229, l’Université de Toulouse est l’une des plus anciennes d’Europe. C’est son enseignement en droit qui fit sa réputation, une spécialisation qui dura jusqu’au 19ème siècle et attira de prestigieux humanistes… Un proverbe du 16ème siècle illustre sa renommée : « Paris pour voir, Lyon pour avoir, Bordeaux pour dispendre et Toulouse pour apprendre. »

Les débuts

En 1229, au sortir de la croisade des Albigeois, le roi de France et le pape obligèrent le comte de Toulouse Raymond VII à appointer 14 professeurs : un enseignement de théologie notamment devait être dispensé pour finir d’éradiquer le catharisme et éloigner les risques d’une nouvelle hérésie. Mais très vite c’est en droit que se spécialisa l’Université de Toulouse.

Tout au long du 14ème siècle, alors que la papauté avait quitté Rome pour Avignon et qu’une lignée de papes issus du sud de la France avait pris place sur le trône de Saint-Pierre, l’Université toulousaine fut pour la curie avignonnaise un gros vivier de juristes maîtrisant le droit romain et parlant la langue d’oc. De nombreux cardinaux et même quelques papes furent issus de ses rangs (Urbain V et Innocent VI en tant qu’étudiants, Jean XXII en tant qu’enseignant).

Au 15ème siècle la papauté s’en étant retournée à Rome c’est le Parlement de Toulouse – qui avait compétence à sa création en 1443 sur tous les territoires français de langue d’oc – qui constitua alors le débouché principal pour ses diplômés.


Les collèges

Comme ce fut souvent le cas pour les universités médiévales, et contrairement à notre époque, il n’existait alors pas de bâtiment construit exprès pour l’accueil des cours. De ce fait les plus anciens bâtiments spécifiquement liés à l’Université de Toulouse sont des collèges, établissements destinés à l’hébergement des étudiants que l’on retrouve dans la plupart des villes universitaires médiévales.

Plus d’une vingtaine de ces collèges furent fondés à l’époque médiévale dans le quartier latin de Toulouse, « le bourg » autour de la basilique Saint-Sernin, il n’en reste de nos jours qu’une poignée et leur affectation a bien évidemment changé. Faisons donc un petit tour photographique de ces « survivants ».


Le collège de l’Esquile

Il est actuellement séparé en deux parties avec cour, la première rue du Taur et la deuxième rue des Lois et rue de l’Esquile.

Créé en 1417, il a été « refondé » et reconstruit vers 1550 en absorbant 8 vieux collèges.

Au 69 rue du Taur se trouve le portail Renaissance de ce collège, réalisé par Nicolas Bachelier en 1556. Notez le décor de « trous de vers » censé donner une impression d’ancienneté et de persistance alors même qu’il était neuf… il s’agissait de marquer l’ancienneté de l’Université toulousaine et de ce collège :
esquile-bachelier-1[1].jpg

Taur%20(4)[1].JPG

esquile-bachelier-2[1].jpg

Rue des Lois et rue de l’Esquile, deux beaux portails de brique et de pierre donnent accès à une vaste cour centrale arborée. Ce portail date de 1702 :
esquile-03[1].jpg

esquile%20(1)[1].JPG

Les arcades de la cour datent de 1678 :
esquile%20(3)[1].JPG

esquile-%20(1)[1].JPG

esquile%20(6)[1].JPG

esquile-%20(3)[1].JPG

Ce cartouche de 1583 célèbre probablement une étape importante dans la vie du collège :
cartouche[1].JPG


Le collège de Périgord

Également situé rue du Taur ce collège date du 14ème siècle avec une partie, la tour Maurand, du 12ème siècle. Il fut fondé en 1360 par Hélie de Talleyrand-Périgord, évêque de Limoges. Les façades sur la vaste cour furent refaites au début du 19ème siècle, à l’exception toutefois d’une partie ayant conservé une galerie en bois d’origine. Le portail du début du 20ème siècle est une réplique de celui Renaissance du collège de l’Esquile situé en face, rappelant la destination commune de ces deux collèges universitaires.

perigord-01[1].jpg

Taur%20(6)[1].JPG

perigord%20(3)[1].JPG

perigord%20(4)[1].JPG

Voici la galerie en bois du 14ème siècle :
perigord%20(5)[1].JPG

La rue du Taur devant le collège de Périgord avec, presque face à face, les portails de Périgord (à gauche) et de l’Esquile (à droite) :
Taur%20(5)[1].JPG


Le collège Saint-Raymond

Ce bâtiment qui abrite de nos jours le Musée des Antiques et ses belles collections romaines a commencé par être un hôpital du 11ème siècle, voisin et contemporain de la basilique Saint-Sernin dont il était une dépendance, et initialement destiné aux pauvres et aux pèlerins faisant le chemin de Compostelle par la via Tolosane. Il doit son nom à son fondateur, saint Raymond Gayrard, chanoine de Saint-Sernin. Dès 1233 sa destination changea et il devint l’un des tout premiers collèges toulousains, réservé aux étudiants pauvres. Le beau bâtiment actuel date de 1523.

st-raymond%20(2)[1].jpg

st-raymond(1)[1].jpg

st-raymond-%20(4)[1].jpg

st-raymond%20(3)[1].JPG

st-raymond%20(1)[1].JPG


Le collège de Foix

Ce collège fut fondé en 1457 par l’archevêque de Toulouse Pierre de Foix. Le plus grand bâtiment est resté d’époque.

foix[1].jpg

foix-%20(1)[1].JPG

L’ancien cloître :
foix%20(1)[1].JPG

foix--%20(1)[1].JPG


Les bâtiments d’enseignement

Au tout début de l’Université l’enseignement était dispensé par des religieux, notamment les dominicains. Le couvent des Jacobins, bien qu’alors au tout début de sa construction, pourrait ainsi être considéré chronologiquement comme le premier lieu d’enseignement de l’Université. Son clocher reçut la cloche unique de l’Université des dominicains qui sonnait la reprise des cours.

Un autre bâtiment historique est l’hôtel de Bernuy (16ème siècle). Pendant deux siècles (de 1566 à 1762) les Jésuites l’utilisèrent pour y dispenser leur enseignement en droit, ils y formèrent de nombreux parlementaires.

Toutefois aucun de ces deux prestigieux bâtiments historiques n’avait pour vocation d’origine de dispenser l’enseignement, c’est pourquoi vous trouverez leur description dans les rubriques « Les édifices religieux » pour l’un et « Les hôtels particuliers » pour l’autre.

Les autres bâtiments historiques d’enseignement ayant survécu jusqu’à nos jours ne datent que de la deuxième moitié du 19ème siècle.

Les Jacobins :
jacobins-cloitre-2[1]

L’hôtel de Bernuy :
bernuy-2-02[1]


Les bâtiments des facultés de droit et des lettres

droit-%20(1)[1].JPG

droit-%20(5)[1].JPG

UT1-%20(3)[1].JPG


La cité des sciences sur les allées Jules Guesde

C’est à la fin du 19ème siècle que la vocation scientifique de Toulouse commença à s’affirmer. Sous l’impulsion de Jean Jaurès notamment (alors adjoint au maire) des locaux flambant neufs furent inaugurés en 1891 sur les allées pour abriter la faculté des sciences puis celle de médecine et de pharmacie. C’est dans ces locaux que travailla et enseigna Paul Sabatier, prix nobel de chimie en 1912, qui donna une impulsion décisive à l’enseignement scientifique toulousain. Dès 1920 les étudiants en science étaient deux fois plus nombreux que ceux en droit, malgré sa modernité la faculté des sciences allait vite être à l’étroit dans ces locaux et se voir obligée de déménager sur le campus de Rangueil.

medecine%20(1)[1].JPG

annexe_pharmacie[1].JPG

sciences%20(5)[1].JPG

sciences%20(4)[1].JPG

sciences%20(14)[1].JPG

sciences%20(8)[1].JPG

sciences(9)[1]

Le monogramme UT (pour Université de Toulouse) :
sciences%20(11)[1].JPG

Tous ces bâtiments historiques de l’Université sont alignés le long des allées Jules Guesde, près du jardin des plantes.
sciences%20(7)[1].JPG

Cliquez ici : lien vers la page suivante : les bords de Garonne.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s